essai

LES CHIROPRACTEURS FÊTENT LA JOURNÉE MONDIALE DE LA COLONNE VERTÉBRALE

À tout âge, sans que l’on n’en ait conscience, des gestes et postures inadaptés provoquent des douleurs. Comprendre les causes de ces douleurs est un premier pas vers le mieux-être. Pour la journée de la colonne vertébrale, les chiropracteurs offrent, du 14 au 19 octobre sur rendez- vous, un bilan chiropratique. Cette année encore, à l’occasion de la Journée mondiale de la colonne vertébrale, le 16 octobre, les chiropracteurs de l’AFC se mobilisent. Pour l’Association française de chiropraxie, cet événement est l’occasion de faire connaître la profession en organisant une vaste campagne de prévention des troubles musculo-squelettiques, relayée sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels. Cette campagne invite le grand public à prendre rendez-vous avec un chiropracteur de l’AFC pour bénéficier d’un bilan chiropratique offert.

Pour tout rendez-vous pris sur cette période, les chiropracteurs de l’AFC offriront donc un vertébral et postural aux nouveaux patients. Il s’agira de détecter des troubles neuro-musculo- squelettiques ; d’’en identifier les causes ; de délivrer des conseils posturaux de nature à prévenir et calmer les douleurs ; de proposer un plan de traitement sans toutefois l’engager dans le cadre de cet événement de prévention.

PUBERTÉ TARDIVE ET MOINDRE DENSITÉ OSSEUSE SONT CORRÉLÉES

L’âge de la puberté est-il corrélé au développement de la masse osseuse jusqu’à l’âge adulte ? C’est la question que s’est posée une équipe de recherche de l’Université de Bristol, au Royaume-Uni, publiée en texte intégral dans le Jama Network Open1 au cœur de l’été. Pour surveiller l’évolution de leur densité osseuse, 6389 jeunes nés en 1991 et 1992 ont été soumis à six scanners à 10, 12, 14, 16, 18 et 25 ans. Il a été observé que la puberté tardive est bien associée, tant chez les hommes que chez les femmes, à une plus faible densité osseuse persistante. Or, à l’adolescence, la masse osseuse observée en fin de croissance est prédictive du risque de fractures et de maladie osseuse à l’âge adulte. Les personnes présentant un âge tardif de puberté devraient être conseillées sur la façon dont maximiser leur densité osseuse et minimiser la perte de densité osseuse à l’âge adulte, de sorte à limiter le risque de fractures et d’ostéoporose.

1 https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/ fullarticle/2747698