essai

COIFFE DES ROTATEURS : UNE TENDINITE TRES DOULOUREUSE

La coiffe des rotateurs est un groupe de muscles qui stabilise l’épaule et participe à ses mouvements, en particulier la rotation. En cas d’inflammation de l’un des tendons de ce groupe musculaire, on parle de tendinopathie de la coiffe des rotateurs (ou tendinite en langage courant). Il s’agit de la pathologie de l’épaule la plus fréquente.   

Comment fonctionne l’épaule ?

Trois os composent l’épaule : la clavicule, la scapula (ou omoplate) et l’humérus, os du haut du bras. Différents groupes musculaires assurent les mouvements de l’épaule, tels l’élévation ou la rotation. Le muscle deltoïde tire l’humérus vers le haut. D’autres vers le bas, en avant ou en arrière. La coiffe des rotateurs quant à elle permet  la rotation et l’élévation du bras.

Quels sont les symptômes de la tendinite de la coiffe des rotateurs ?

Le principal symptôme est la douleur vive ressentie au-dessus, à l’avant ou à l’arrière de l’épaule, qu’elle apparaisse subitement ou se développe progressivement. Cette douleur croît lorsque que l’on lève le bras, plus encore au-dessus de la tête. La douleur augmente la nuit. Cette tendinite génère une faiblesse au niveau du bras.

 

Quelles sont les causes de la tendinite de la coiffe des rotateurs ?

La principale cause de cette tendinite de l’épaule relève d’une activité sportive ou professionnelle induisant des gestes répétés d’élévation du bras. Cette sur-sollicitation du tendon génère une accélération de son usure et un trouble du fonctionnement du muscle qui lui est associé. Des dysfonctionnements articulaires de l’épaule peuvent eux aussi favoriser une usure prématurée et ainsi que souffrance des tendons. Une autre cause commune est l’obstruction des vaisseaux qui amènent le sang aux tendons qui peut conduire à une tendinite. Cette obstruction est notamment liée à certaines maladies métaboliques (diabète par exemple) ou au tabagisme. Enfin, des facteurs anatomiques comme l’irrégularité de la forme de l’acromion peuvent expliquer la tendinite de la coiffe des rotateurs.

 

Comment diagnostiquer cette douleur de l’épaule ?

La douleur de l’épaule peut s’expliquer par des causes variées, comme des tensions musculaires, des blocages et inflammations articulaires ou bien par la compression d’un nerf. Pour établir s’il s’agit d’une tendinite de la coiffe des rotateurs, l’interrogatoire du patient et l’examen physique sont décisifs. En cas de doute, le recours à l’imagerie médicale permet de confirmer le diagnostic.

 

 

Tendinopathie de la coiffe des rotateurs et chiropraxie

Pour les personnes présentant une  tendinopathie de la coiffe des rotateurs, les manipulations vertébrales thoraciques peuvent être une composante efficace de traitement pour soulager la douleur et améliorer la fonction, selon une étude de chercheurs de l’Université de médecine du New Jersey publiée dans le Journal of orthopeadic and sports physical therapy en 2012.

DOULEUR AU COUDE : NOS EXERCICES

POUR PRÉVENIR LA TENDINITE DU COUDE, AUGMENTER LA FORCE DES MUSCLES DES AVANT-BRAS PEUT AIDER. S’ÉCHAUFFER ET S’ÉTIRER CONVENABLEMENT LES MUSCLES DU BRAS AVANT TOUT EFFORT LIMITE PAR AILLEURS LE RISQUE DE BLESSURE. CES EXERCICES, PRÉVENTIFS, SONT À RÉALISER EN DEHORS DES ÉPISODES DOULOUREUX.
1- Renforcer ses doigts
Rapprochez tous vos doigts de votre pouce de sorte à ce qu’ils le touchent tous. Placez un élastique autour de vos cinq doigts. Ecartez doucement l’ensemble des doigts, et refermez. Répétez vingt-cinq fois. Réalisez cet exercice jusqu’à trois fois par jour. Si vous trouvez-cela trop facile, ajoutez un élastique.
2- Etirer les muscles fléchisseurs du poignet
Maintenez le bras tendu devant vous, paume de la main tournée vers le haut. Utilisez l’autre main pour appuyer sur les doigts de la main du bras douloureux. Pliez ce faisant votre poignet vers l’arrière, jusqu’à ce que vous sentiez l’étirement à l’intérieur de votre avant-bras. Maintenez la position quinze secondes. Répétez trois à cinq fois de suite, jusqu’à trois fois par jour.
3- Etirer les muscles extenseurs du poignet
Maintenez le bras tendu devant vous, paume de la main tournée vers le bas, le poignet souple. Utilisez l’autre main pour appuyer sur le dos de la main du bras douloureux. Pliez ce faisant votre poignet vers l’avant, jusqu’à ce que vous sentiez l’étirement à l’extérieur de votre avant-bras. Maintenez la position quinze secondes. Répétez trois à cinq fois de suite, jusqu’à trois fois par jour.
4- Renforcer les muscles fléchisseurs et extenseurs du poignet
Prenez un haltère de 500 grammes ou à défaut une boîte de conserve et asseyez-vous. Appuyer votre avant-bras sur votre cuisse de sorte à ce que votre poignet et votre main ne repose pas dessus. Tenez l’haltère dans la main, paume vers le haut. Soulevez doucement la main puis abaissez-la tout aussi lentement. Votre avant-bras reste posé sur votre cuisse tout le long de cet exercice lors duquel votre poignet se plie dans un sens puis dans l’autre. Répétez dix fois.

TENDINITE DU COUDE ET TRAITEMENT CHIROPRATIQUE

TENDINITE DU COUDE, TENNIS ELBOW OU ÉPICONDYLITE LATÉRALE. TROIS NOMS POUR UNE SEULE DOULEUR RESSENTIE À L’EXTÉRIEUR DU COUDE. CETTE TENDINITE, QUI AFFECTE CHAQUE ANNÉE 1 À 3 % DES FRANÇAIS, COMPTE PARMI LES TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES LES PLUS COURANTS. LA CHIROPRAXIE Y APPORTE UNE RÉPONSE SCIENTIFIQUEMENT ÉVALUÉE.
  • Quels sont les symptômes de la tendinite du coude ?
La tendinite du coude provoque douleur et sensibilité autour de cette articulation. La douleur peut également être ressentie dans l’avant-bras. Le niveau de douleur est variable : de l’inconfort ressenti pendant l’effort à la douleur aigüe y compris au repos. Dans tous les cas, la douleur augmente en cas de mouvement du coude mais également du poignet. Les gestes suivants en particulier sont douloureux : lever ou plier le bras ; écrire ou agripper un objet ; effectuer une rotation de l’avant- bras (comme pour fermer une porte à clé) ; étendre complètement le bras.
  • Quelles sont les causes du tennis elbow ?
Le tennis elbow est, dans la plupart des cas, une blessure de surutilisation. Elle survient après une sollicitation importante et/ou répétée de l’avant-bras. Quand les muscles et tendons sont particulièrement mobilisés, de petites déchirures se développent à proximité de l’épicondyle, petite saillie osseuse située à l’extérieur du coude. Comme son nom ne l’indique pas, le tennis elbow peut être provoqué par une variété d’activités professionnelles et de loisirs induisant une rotation de l’avant-bras ou sollicitant les muscles de celui- ci. C’est notamment le cas des sports de raquette, des sports de lancer, du jardinage, du bricolage.
  • Comment prévenir la tendinite du coude ?
Il est souvent difficile de prévenir la tendinite du coude lorsque l’on pratique ces activités de loisirs ou un métier induisant une surutilisation de l’avant- bras. Néanmoins différentes mesures peuvent être prises pour éviter la récidive. En dehors des épisodes douloureux, augmenter la force des muscles des avant-bras peut aider*. S’échauffer et s’étirer convenablement les muscles du bras* avant tout effort limite le risque de blessure. Adapter son matériel à cette pathologie doit également être envisagé : utiliser des outils ou une raquette plus légers, avec un grip plus large, limite la tension au niveau des tendons. Dans le cadre de sa prise en charge, le chiropracteur saura conseiller son patient en ce sens.

Tennis elbow et tendinite du golfeur : quelques conseils de nos confrères canadiens

Vous pratiquez le #golf ou le #tennis ? Vous ressentez des douleurs dans votre avant-bras, des sensations de brulures, une difficulté de préhension ? Il pourrait s’agit d’une épicondylite, latérale ou médiale. Pour en savoir plus, un très bon article de nos confrères canadiens.

 

#tendinite

https://bit.ly/2sZ9bTI

La tendinite : la traiter par la chiropraxie

 

La tendinite est une inflammation ou une irritation d’un tendon, cet épais tissu qui attache le muscle à l’os. Le terme tendinopathie est plus couramment utilisé par le cors soignant.

 

  • Quels tendons peuvent être touchés par une tendinite ?
La tendinite peut affecter presque toute les parties du corps. Néanmoins, les plus courantes sont généralement la tendinite de l’épaule, du coude (tennis elbow et golfer elbow), du genou, du poignet, de la hanche, du talon d’Achille mais également du pouce.
  • Quels sont les symptômes de la tendinite ?
Le principal symptôme de la tendinite demeure la douleur au niveau du tendon lésé. La douleur augmente en cas de mouvement. Une rougeur et une chaleur localisée au niveau du tendon sont courantes. L’inflammation cause une hypersensibilité de la zone. La restriction de la mobilité et la perte de force de l’articulation peuvent également être observées. Enfin, l’articulation peut également gonfler.
  • Comment se fait-on une tendinite ?
La tendinite est souvent causée par un impact mineur mais répété sur la zone affectée ou, au contraire, par un choc unique mais plus sévère. De nombreuses activités peuvent générer une tendinite, en particulier le sport (tennis, ski, golf, course à pieds…), les activités domestiques (jardinage, ménage…) mais également les activités professionnelles induisant une sur-sollicitation des muscles et tendons (y compris la bureautique !).
  • Quel est le diagnostic de la tendinite ?
La plupart des tendinites se diagnostiquent aisément, les tendons se situant immédiatement sous la peau. Certains tendons sont néanmoins plus profonds, c’est le cas de ceux de l’épaule ou du pied par exemple. Pour autant, l’interrogatoire du patient, en particulier sur ses habitudes de vie, permet dans la plupart des cas de diagnostiquer la tendinite. En cas de doute, le recours à l’imagerie médicale vient confirmer le diagnostic.

 

#tendinite #chiropraxie

L’#équitation, une #passion, un #sport… Et une préparation adaptée

L’équitation en France : 2,3 millions de cavaliers qui pratiquent leur passion à travers un grand nombre de disciplines (concours complet, saut d’obstacles, dressage, horse-ball, attelage, pony games…). 3e sport en nombre de licenciés et 1er sport féminin, l’équitation est aussi le seul sport mixte représenté aux jeux olympiques.

La préparation physique du cheval et du cavalier requiert une très grande attention. En effet, et quel que soit le travail effectué avec le cheval, le corps du cavalier est soumis à différentes sollicitations :

  • les mains, coudes et épaules accompagnent le mouvement
  • la tête oriente et se situe dans l’espace
  • le buste et le bassin suivent le mouvement du cheval.
  • les chevilles permettent au talon de descendre et à la jambe de se stabiliser.
  • les genoux et hanches suivent le mouvement du bassin et fournissent les indications au cheval grâce à un travail avec les adducteurs.

Par ailleurs, la préparation du cheval nécessite de nombreuses tâches effectuées à pied par le cavalier, le soumettant à des tensions ostéo-articulaires qui peuvent être importantes. Les maux de dos, par exemple, peuvent être aggravés par ces tâches qui obligent le cavalier à se pencher, porter des charges, répéter les mêmes mouvements. Le travail à cheval, au contraire, semblerait plutôt améliorer les problèmes de maux de dos chez les cavaliers qui en souffriraient, grâce au travail de renforcement musculaire qu’il implique.

Les spécificités de l’équitation peuvent donc avoir des conséquences sur la santé du cavalier. Les pathologies les plus courantes sont plus spécifiquement liées à une sur-sollicitation, ou à une sollicitation inadaptée, des tendons, muscles et articulations :

  • cervicalgies, engendrées notamment par une posture non adéquate ou une mauvaise stabilité du cavalier
  • tendinopathies, et plus spécifiquement celles des adducteurs, du coude ou du poignet, plus fréquentes chez les cavaliers débutants.

 

L’échauffement : plus qu’une recommandation, une étape obligatoire à intégrer dans votre pratique de l’équitation.

Afin de pallier les problématiques de tendinopathie ou de blessures, il est donc fortement recommandé :

  • d’intégrer étirements et échauffements dans votre pratique de l’équitation.
    • A pied d’abord, les étirements et l’échauffement des adducteurs, des psoas, du bas du dos, des muscles ischio-jambiers, des mollets, notamment, sont à préconiser. Pensez à détendre votre nuque et vos épaules avec quelques mouvements adaptés.
    • A cheval ensuite, lors de la phase d’échauffement de votre monture, travaillez les rotations du buste, des épaules, de la tête et du cou.
  • de développer une musculature spécifique à l’équitation, par un travail adapté permettant de renforcer les groupes musculaires les plus sollicités : adducteurs, abdominaux et dorsaux devraient avoir la priorité dans ce travail de musculation.

de pratiquer un sport complémentaire vous permettant de développer la souplesse et de travailler votre souffle. En prenant soin de vous préparer adéquatement, vous perfectionnerez votre équilibre et votre stabilité, et verrez ainsi votre posture au quotidien s’améliorer. Votre relation avec votre cheval s’en verra également bonifiée, vous permettant ainsi de profiter pleinement de votre passion.

 

Chiropraxie et équitation : pourquoi et quand consulter ?

Pour vous accompagner dans votre pratique sportive, le chiropracteur est votre allié ! Spécialiste des troubles neuro-musculo-squelettiques, le chiropracteur intervient à titre préventif et curatif.

  • Un suivi chiropratique régulier vous assure une performance articulaire et musculaire optimale, prévenant ainsi le risque de blessures.
  • Les blessures les plus fréquentes auxquelles expose l’équitation (cervicalgie, tendinopathie…) comptent parmi les indications auxquelles la chiropraxie apporte une réponse scientifiquement évaluée.

Le chiropracteur accompagne donc le cavalier, mais saviez-vous que le cheval est également concerné ? Au terme de leurs études, certains chiropracteurs se spécialisent pour prendre en charge les animaux, en particulier les chevaux :

  • Les chiropracteurs peuvent intervenir dans de nombreux cas comme les boiteries, raideurs, défense au travail, changement de comportement, etc.
  • Comme pour le cavalier, un suivi chiropratique régulier est recommandé. Ce suivi inclura notamment des conseils relatifs à l’entraînement et à la nutrition du cheval.

Enfin, certains chiropracteurs proposent un suivi complet en prenant en charge le cavalier et sa monture, pour une saison de sport en pleine forme.

Références

#Smartphone : impact de son utilisation sur vos mains

Les impacts du smartphone sur notre santé, notamment sur notre cou (text-neck) et sur notre sommeil, sont désormais bien documentés. Mais saviez-vous que des chercheurs se penchent également sur la façon dont nos téléphones intelligents transforment nos mains ? A lire dans @slateFrance.

 

 

 

 

 

#smartphone #santé

https://bit.ly/2C0QFV6

 

Été, tongs… et santé des pieds

Vous aimez porter des tongs l’été ? C’est pratique, agréable… mais pas sans danger pour vos pieds, vos jambes et votre colonne vertébrale. Les podologues notent en effet l’augmentation de certaines pathologies en lien avec le port prolongé de ces chaussures synonymes d’été. Quelques informations dans cet article de Femme actuelle.

#posture #pied #santédespieds

https://bit.ly/2Jvgry