essai

Les jeux vidéos pour lutter contre la lombalgie chronique ?

Les jeux vidéos pour lutter contre la #lombalgie chronique ?

Une nouvelle étude, menée par les chercheurs de l’University of SydneyAustralie) et publiée le 20 septembre dans la revue American Physical Therapy Association (APTA), a montré les bienfaits des jeux vidéos dans le traitement des lombalgies chroniques, notamment auprès des personnes âgées.

Pour lire l’étude sur Physical Therapy : https://bit.ly/2NA3Lhs

https://bit.ly/2zsKjKI

La recherche au coeur de l’enseignement chiropratique

Pourquoi la recherche est-elle au coeur de l’enseignement chiropratique ? Le corps enseignant de l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie, seul établissement délivrant le titre de chiropracteur en France, nous l’explique en quelques mots.

Institut Franco-Européen de Chiropraxie – recherche

Pourquoi la recherche est-elle au coeur de l’enseignement chiropratique ? Le corps enseignant de l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie, seul établissement délivrant le titre de chiropracteur en France, nous l’explique en quelques mots : 👇

Publiée par AFC, Association Française de Chiropraxie sur Lundi 17 septembre 2018

#InfoScience : genre et posture, 2 facteurs de risques dans l’usage des tablettes

Une étude menée par des physiothérapeutes et des chercheurs de l’université du Nevada à Las Vegas montre que les femmes auraient plus de deux fois plus de risque de souffrir de troubles musculo-squelettiques en lien avec l’usage de la tablette. Ainsi, les constats des chercheurs font ressortir que 70% des femmes interrogées ont déclaré ressentir des symptômes, contre un peu moins de 30% des hommes.

Chiropraxie et recherche scientifique

La recherche scientifique en chiropraxie est gage d’une amélioration constante de la prise en charge, des outils de diagnostics, de la qualité des soins et de la sécurité des patients. Les récentes avancées dans la recherche chiropratique démontrent la maturité, le sérieux et le professionnalisme de la profession.
Ainsi, deux nouvelles études montrent que consulter un chiropracteur permet de réduire la douleur et d’améliorer la mobilité des personnes souffrant de lombalgie chronique
Philippe Fleuriau, président de l’ AFC, Association Française de Chiropraxie, orécise que « cette littérature scientifique a conduit à une reconnaissance accrue de la profession chiropratique en France et dans le monde. »
La #chiropraxie : sérieux, professionnalisme, engagement, recherche
#pensezchiro #chiropracteur #chiro
http://bit.ly/2ttljjt

 

L’approche multimodale plus efficace dans la prise en charge de la #lombalgie

En complémentarité avec les soins médicaux courants, la chiropraxie apporte une nouvelle fois la preuve de son bénéfice dans le traitement de la lombalgie. C’est ce que confirme cette étude* parue le 18 mai dernier dans le réputé Jama (Journal of american medical association). Cette étude a été conduite par Christine Goertz, chercheur au Palmer Center for Chiropractic Research, auprès de 750 patients de 18 à 50 ans souffrant de lombalgie d’origine musculo-squelettique. Après six semaines, les patients du groupe recevant des soins chiropratiques, incluant des manipulations vertébrales, en complément des soins médicaux courants (médicaments, kinésithérapie), témoignaient d’une amélioration plus significative de leur condition que le groupe recevant les seuls soins médicaux. C’est en termes d’atténuation de la douleur, d’amélioration de la mobilité et de satisfaction du patient que les principaux écarts sont observés entre les deux groupes.

Etat des lieux de la recherche en #chiropraxie !

Le dynamisme de la recherche en #chiropraxie, pour le bien de tous : multiplication des projets de recherche de par le monde, collaboration active entre les chercheurs. Et des priorités: l’amélioration de la prise en charge des patients, des outils de diagnostics, de la qualité des soins et de la sécurité des patients. #santéoptimale #pensezchiro #jepeuxpasjaichiro

https://www.facebook.com/notes/afc-association-française-de-chiropraxie/le-dynamisme-de-la-recherche-en-chiropraxie-pour-le-bien-de-tous/1716476015057663/

 

#Chiroinfo : L’importance de la recherche en #Chiropraxie !

LE DYNAMISME DE LA RECHERCHE EN CHIROPRAXIE : POUR LE BIEN DE TOUS

 

La chiropraxie, discipline créée en 1895 par l’Américain Daniel David Palmer, est une science qui vise le maintien de la santé par l’analyse et le traitement des troubles neuro-musculo-squelettiques. Grâce à l’entretien de la colonne vertébrale, du système nerveux et du système locomoteur, elle permet de soulager les douleurs, qu’elles soient chroniques ou non, et apporte des bénéfices pour la santé globale des patients : meilleur sommeil, respiration facilitée, digestion plus efficace, diminution du stress…
Afin d’améliorer la prise en charge des patients, les outils de diagnostics, la qualité des soins et la sécurité des patients, la recherche scientifique en chiropraxie a pris de l’essor ces dernières années, que ce soit en France ou ailleurs dans le monde. Plusieurs centres de recherches ont ouvert leurs portes au sein des universités, comme c’est notamment le cas au Canada, plus spécifiquement au Québec, avec la création en 2006 de la Chaire de recherche en chiropratique, dont les travaux s’intéressent aux aspects neurophysiologiques et épidémiologiques de la chiropraxie. En ce sens, «la caractérisation des effets physiologiques (particulièrement sur le système nerveux) et des effets biomécaniques des manipulations vertébrales figure au premier plan des thèmes de recherche de la Chaire[1]». Au Danemark, le Center for Muscle and Joint Health est créé sur le Campus of the University of Southern Denmark, à Odense, en septembre 2015. Les trois chercheurs qui dirigent ce centre de recherche bénéficient tous d’une réputation internationale, de par la qualité de leurs recherches dans le domaine des maladies musculo-squelettiques. Parmi eux, le professeur Jan Hartvigsen, chiropracteur, a publié plus de 150 articles et dirigé 70 maîtrises et 13 doctorats. Il compte plus d’une centaine d’interventions scientifiques sur la chiropraxie[2].
En France, la recherche en chiropraxie s’exprime notamment au sein du département Recherche de l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie (IFEC), la seule école française à former les chiropracteurs. Développé avec le concours du Professeur Charlotte Leboeuf-Yde, D.C., MPH et Ph.D., ce département concentre son attention sur différents axes de recherche « liés à l’activité clinique des professionnels : épidémiologie, diagnostic, traitements, prévention, facteurs de passage à la chronicité, biomécanique clinique, imagerie musculo-squelettique[3]».
Chiropracteur et enseignant-chercheur à l’IFEC, Arnaud Lardon est titulaire d’un doctorat de 3e cycle en Sciences du Sport, de la Motricité et du Mouvement Humain. Ses travaux de doctorat (Université Paris-Sud – Paris XI) et de post-doctorat (Université du Québec à Trois-Rivières – Québec – Canada) portent sur les douleurs rachidiennes, leurs facteurs prédictifs chez les enfants et les adolescents[4], ainsi que sur leurs déterminants physiques et psychologiques en milieu de travail. Les relations et échanges scientifiques entre la France et le Québec ont, entre autres, amené en 2015, à la création d’une unité de recherche en chiropratique, à l’UQTR, dont les axes de recherches sont principalement « l’évaluation, la prévention et le traitement des conditions musculo-squelettiques[5]». Leur objectif est de « mieux comprendre les causes et les conséquences de ces dysfonctions et favoriser ainsi le transfert de connaissances scientifiques auprès des intervenants concernés par la santé musculo-squelettique[6] ».
La recherche en chiropraxie, au sein des différents centres et unités de recherche de par le monde, permet notamment de mettre en évidence l’impact des manipulations vertébrales sur différentes problématiques de santé, telles que l’inhibition de la douleur. Dans les années 1990, différentes études mettent en lumière l’efficacité des soins chiropratiques dans le traitement des douleurs lombaires[7]. Plus récemment, en 2014, une étude publiée dans le Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy montre une augmentation significative, immédiatement après des manipulations vertébrale et cervicale, du niveau de neurotensine et d’ocytocine dans le sang, ainsi que du niveau de cortisol, trois marqueurs biochimiques associés notamment à l’inhibition de la douleur[8]. Les douleurs lombaires font également l’étude de nombreuses recherches. Récemment, deux nouvelles études, successivement publiées dans le Journal of the American Medical Association et dans les Annals of Internal Medicine[9], ont ainsi montré que le traitement chiropratique permet de soulager les douleurs de patients souffrant de lombalgies tout en leur permettant de retrouver leur mobilité. Sur la base des résultats de ces études récentes, l’American College of Physicians a recommandé aux médecins d’intégrer les manipulations de la colonne vertébrale dans leur arsenal thérapeutique. D’autres pathologies ont également fait l’objet de recherches qui ont mis en évidence les bienfaits des soins chiropratiques : c’est entre autres le cas pour les cervicalgies et les maux de tête. Des essais cliniques ont ainsi montré que la chiropraxie était efficace pour les patients souffrant de maux de tête cervicogèniques[10].
D’autres projets de recherche fleurissent aux États-Unis, au Canada, en Europe, en Australie. Ainsi, aux États-Unis, depuis 2017, le National Institute of Health s’est engagé à octroyer un budget de 7 millions de dollars au Palmer Center for Chiropractic Research, pour mener à bien des projets de recherche portant sur les améliorations fonctionnelles associées aux visites chez un chiropracteur, ainsi que sur les effets à long terme des soins chiropratiques dispensés aux militaires. Les collaborations scientifiques internationales se multiplient également entre chercheurs, leur permettant de partager et d’enrichir leurs conclusions de recherche. Leurs constats et résultats sont régulièrement présentés lors de congrès internationaux, que ce soit en chiropraxie mais également dans le domaine de la gestion et de la prise en charge de la douleur et des problèmes de dos.
Au final, l’enjeu majeur de la recherche en chiropraxie reste la reconnaissance de la qualité des soins chiropratiques, la sécurité du patient ainsi que celle du chiropracteur. Tel a notamment été le cas en France lorsqu’en 2013, l’Académie nationale de médecine a reconnu l’intérêt des manipulations vertébrales dans la prise en charge des lombalgies, des cervicalgies, et des céphalées d’origine cervicale[11].
[1] « Création d’une Chaire de recherche en chiropratique à l’UQTR », Communiqué de presse, Université du Québec à Trois-Rivières, 15 août 2006. https://www.uqtr.ca/media/Comm2006/Aout/chaire_chiro.html
[2] Pour plus d’informations sur le Center for Muscle and Joint Health, ses leaders, ses axes de recherche, consulter le site Web du centre : https://www.sdu.dk/en/om_sdu/institutter_centre/center_sundhed_muskler_led.
[4] Arnaud Lardon, Les facteurs prédictifs de douleur rachidienne commune chez les enfants et les adolescents, Thèse de doctorat en Sciences du Sport, de la Motricité et de Mouvement Humain, Paris, Université Paris-Sud – Paris XI, 2015. 116 p. http://www.theses.fr/2015PA113007. Thèse disponible en consultant le lien http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01343884/document.
[5] Nicolas Lacoursière, « L’UQTR lance une nouvelle unité de recherche en santé musculosquelettique en collaboration avec la France », 27 octobre 2015, site Web de l’UQTR. https://blogue.uqtr.ca/2015/10/27/luqtr-lance-une-nouvelle-unite-de-recherche-en-sante-musculosquelettique-en-collaboration-avec-la-france/
[6] Ibid.
[7] T.W. Meade et al, “Low Back Pain of Mechanical Origin : randomised Comparison of Chiropractic and hospital Outpatient Treatment”, British Medical Journal, Juin 1990, 300:1431-7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2143092; El Hurwitz, “The relative impact of chiropractic vs. medical management of low back pain on health status in a multispecialty group practice”,
Journal Manipulative Physiologistic Therapeutics, 1994, 17(2) : 74-82, http://europepmc.org/abstract/MED/8169546; E. Ernst et MH Pittler, “Experts’ Opinions on Complementary / Alternative Therapies for Low Back Pain”, Journal Manipulative Physiologistic Therapeutics, 1999, 22(2) : 87-90, http://europepmc.org/abstract/MED/10073623. Ces trois études sont citées sur le site web de Julien Burgos, chiropracteur : http://chiropraxie-lyon.com/chiropraxie-et-preuves-scientifiques/.
[8] G. Plaza-Manzano et al, «Changes in biochemical markers of pain perception and stress response after spinal manipulation», The Journal of orthopaedic and Sports Physical Therapy, 2014. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24450367
[9] Neil M. Paige et al, « Association of Spinal Manipulative Therapy With Clinical Benefit and Harm for Acute Low Back Pain : Systematic Review and Meta-analysis », Journal of the American Medical Association, 317.14 (2017), p.1451-1460; Roger Chou et al, “Nonpharmacologic Therapies for Lew Back Pain : A Systematic Review for an American College of Physicians Clinical Practice Guideline Nonpharmacologic Therapies for Low Back Pain”, Annals of Internal Medicine, 2017.
[10] « Les faits en chiropratique – Recherche », sur le site de la World Federation of Chiropractic. https://www.wfc.org/website/index.php?option=com_content&view=article&id=122&Itemid=138&lang=fr
[11] Daniel Bontoux, Daniel Couturier, Charles-Joël Menkès, Thérapies complémentaires. Leur place parmi les ressources de soin, Académie nationale de médecine, rapport / 5 mars 2013. http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2013/07/4.rapport-Th%C3%A9rapies-compl%C3%A9mentaires1.pdf

#Chiroinfo : 2 #Chiropracteurs obtiennent un prix de recherche en sciences du #sport !

Deux de nos consoeurs du Québec viennent d’obtenir le titre de fellow en sciences du #sport chiropratique, décerné par le Royal College of Chiropractic Sports Sciences du Canada. Félicitations de la part des chiropracteurs de France !
#sport #pensezchiro
http://bit.ly/2BeOegN