essai

Maladies respiratoires : la chiropraxie est-elle une solution ?

Le niveau de preuve scientifique des effets de la chiropraxie sur les affections respiratoires n’atteint pas encore celui des pathologies neuro-musculo-squelettiques. Pour autant, différentes études publiées ces cinq dernières années se révèlent prometteuses.

Lombalgie et maladies respiratoires corrélées

En 2016, une revue systématique publiée dans la publication scientifique Manual therapy établit un lien significatif entre la lombalgie et les maladies respiratoires comme la dyspnée (essoufflement), l’asthme, différentes allergies et les infections respiratoires. Des facteurs immunologiques, biomécaniques, psychosociaux ou socio-économiques peuvent expliquer cette corrélation. Ces résultats invitent néanmoins à penser que le traitement des causes biomécaniques est susceptible d’améliorer la condition des certaines des personnes présentant ces pathologies.

BPCO et manipulations vertébrales

Les manipulations vertébrales, associées à un programme de réhabilitation respiratoire, pourraient présenter un impact positif sur la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). C’est ce que tend à démontrer cette autre revue systématique publiée en 2015 dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine. Tout en pointant le faible nombre d’études disponibles et la petite taille des échantillons, l’article relève néanmoins que cinq des six études analysées concluent à une amélioration de la fonction pulmonaire et des performances physiques.

Thérapie manuelle et troubles respiratoires chez l’enfant

Cette troisième revue systématique, publiée en 2013 dans Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, conclut que le recours aux thérapies manuelles dans le traitement des troubles respiratoires de l’enfant apparaît bénéfique. Parmi la population étudiée, la chiropraxie, l’ostéopathie et les massages représentent les interventions les plus courantes.