essai

TMS : chiropraxie et ergonomie sont complémentaires

Les consultations dont les TMS sont en cause sont nombreuses. Environ un travailleur sur dix serait affecté par ces douleurs, souvent causées par la répétition des mouvements quotidiens ” explique Sophie Ravel de Verdun, chiropracteur à Paris. Pour lutter contre ce fléau, la réponse doit être globale et donc ne pas se limiter aux soins ni à la seule prévention en santé auprès des personnes touchées. Pour être efficace, l’approche préventive doit être globale et doit donc mobiliser l’entreprise. Pour Léonard Querelle, ergonome et président désigné du CINOV ergonomie, qui accompagne les entreprises pour la mise en place d’actions préventives ou correctives dans des contextes de lésions liées à des facteurs de risques de type TMS, “ le conseil en ergonomie invite exclusivement à la transformation des éléments qui composent une situation de travail. Ces éléments peuvent être regroupés en six grandes familles : matériel, organisation, formation, systèmes d’information, produit et environnement ”.

 

Nouvelles façons de travailler, nouvelles douleurs : mal de dos et TMS

Mal de dos et troubles musculo-squelettiques: découvrez, sur 20 Minutes, comment nos nouvelles façons de travailler génèrent de nouvelles douleurs.

En cas de questions, pensez à consulter votre chiro. Il peut vous accompagner pour la prise en charge de vos douleurs dues aux #TMS.

https://bit.ly/2D87ziR

#Pensezchiro #malodo

Soigner les douleurs des TMS avec la chiropraxie

A lire dans Top Santé, un bel article sur les troubles musculo-squelettiques les plus répandus.

Saviez-vous que votre #chiropracteur peut prendre en charge les douleurs dues aux #TMS et vous aider à retrouver votre mobilité ?

A partager sans modération !

https://bit.ly/2SRiqmO

#chiropraxie #pensezchiro  

 

ENQUETE : QUI SONT LES PATIENTS DES CHIROS ?

 

Les patients sont majoritairement des… patientes. 56,4 % de la patientèle des chiropracteurs interrogés est en effet constituée de femmes, de 55 à 65 ans pour 42,2 % d’entre elles. Si les hommes sont moins nombreux, on relève qu’ils consultent leur chiropracteur à tout âge. Parmi les patients masculins, ils sont 7,7 % à avoir moins de 35 ans (contre 5,9 % pour les femmes) ; 17,9 % entre 35 et 45 ans (contre 10,9 %) ; 17 % de 45 à 55 ans (contre 14,2 %). 35 % entre 55 et 65 ans.
Au premier rang des motifs de consultation, les cervicalgies, suivies des lombalgies et des dorsalgies. Les douleurs articulaires à l’épaule, au genou, à la hanche ou aux chevilles arrivent ensuite. Enfin, les patients consultent, quoi que dans une moindre mesure, pour des céphalées ou des vertiges.
L’enquête nous apprend en outre que les patients consultent les chiropracteurs pour ces troubles au bout de plusieurs mois, voire plusieurs années, après avoir consulté pour près de 80 % d’entre eux un ou plusieurs autres praticiens, qu’il s’agisse d’un médecin généraliste, d’un spécialiste, d’un kinésithérapeute ou d’un ostéopathe. 67 % des patients se seraient enfin vu prescrire un traitement médicamenteux pour les mêmes motifs de consultation.

Maladies respiratoires : la chiropraxie est-elle une solution ?

Le niveau de preuve scientifique des effets de la chiropraxie sur les affections respiratoires n’atteint pas encore celui des pathologies neuro-musculo-squelettiques. Pour autant, différentes études publiées ces cinq dernières années se révèlent prometteuses.

Lombalgie et maladies respiratoires corrélées

En 2016, une revue systématique publiée dans la publication scientifique Manual therapy établit un lien significatif entre la lombalgie et les maladies respiratoires comme la dyspnée (essoufflement), l’asthme, différentes allergies et les infections respiratoires. Des facteurs immunologiques, biomécaniques, psychosociaux ou socio-économiques peuvent expliquer cette corrélation. Ces résultats invitent néanmoins à penser que le traitement des causes biomécaniques est susceptible d’améliorer la condition des certaines des personnes présentant ces pathologies.

BPCO et manipulations vertébrales

Les manipulations vertébrales, associées à un programme de réhabilitation respiratoire, pourraient présenter un impact positif sur la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). C’est ce que tend à démontrer cette autre revue systématique publiée en 2015 dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine. Tout en pointant le faible nombre d’études disponibles et la petite taille des échantillons, l’article relève néanmoins que cinq des six études analysées concluent à une amélioration de la fonction pulmonaire et des performances physiques.

Thérapie manuelle et troubles respiratoires chez l’enfant

Cette troisième revue systématique, publiée en 2013 dans Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, conclut que le recours aux thérapies manuelles dans le traitement des troubles respiratoires de l’enfant apparaît bénéfique. Parmi la population étudiée, la chiropraxie, l’ostéopathie et les massages représentent les interventions les plus courantes.

La chiropraxie pour Maman et Bébé (1/2)

LES BIENFAITS DE LA CHIROPRAXIE SUR LA SANTE DE LA MAMAN ET DE SON BEBE (1/2)
QUELLES SONT LES PROBLEMATIQUES COURANTES QU’ENTRAINENT LA GROSSESSE, L’ACCOUCHEMENT ET L’ALLAITEMENT ?
La grossesse est une période unique qui entraîne néanmoins de nombreux changements structurels, physiologiques et émotionnels :
  • prise de poids et déplacement du centre de gravité vers l’avant à l’origine de douleurs de types sciatalgie fessalgie, coccydynie, névralgie paresthésie.
  • alourdissement de la poitrine engendrant des douleurs au niveau du rachis thoracique et des épaules.
  • développement du fœtus qui exerce des pressions et crée des torsions. Le bébé peut aussi connaître quelques difficultés à se positionner idéalement la tête en bas.
  • sécrétion de la Relaxine quelques semaines avant l’accouchement qui permettra aux ligaments du bassin de se détendre pour le passage du bébé dans le bassin de la maman. Cette hormone peut toutefois être à l’origine de douleurs sacro-iliaques avant et après l’accouchement notamment lors de l’allaitement en position assise.
La consultation d’un chiropracteur permettra :
  • d’agir sur l’alignement du bassin et la mobilité articulaire et favorisera ainsi le bien-être quotidien de la femme enceinte.
  • de lutter efficacement et naturellement contre les différents syndromes douloureux.
  • de contribuer à la bonne position du fœtus dans l’utérus et de faciliter l’accouchement.
  • de diminuer de façon significative la durée du temps de travail et l’intensité des douleurs ressenties en permettant aux femmes de vivre pleinement la naissance de leur enfant.
  • de conseiller la maman sur les meilleures positions d’allaitement pour elle et son bébé.
La consultation régulière d’un chiropracteur optimise naturellement la santé et le bien-être de la future maman.

LIMITATION DES ARRÊTS MALADIE : ET LA CHIROPRAXIE ?

Télétravail, arrêt maladie à temps partiel… les premières préconisations de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) relatives à la limitation des arrêts maladie ont été récemment révélées par les médias français. Alors qu’une lombalgie sur cinq entraîne un arrêt maladie, selon cette étude1 française de 2011 ; alors que l’efficacité de la chiropraxie dans le traitement de la lombalgie est établi ; alors, enfin, que de nombreuses études internationales attestent de l’efficacité économique de cette thérapie manuelle… l’Association française de @chiropraxie se tient à la disposition de l’IGAS pour contribuer à ses travaux de réflexion.
1 http://www.em-consulte.com/article/660853/la-lombalgie-chronique-actualites-prise-en-charge-